Engagements et Valeurs

Philosophie des soins

Une approche institutionnelle centrée sur les valeurs du "travailler ensemble"

La Clinique Villa des Pages reste une institution de soin à taille humaine. Elle attache une attention toute particulière aux liens et aux échanges entre les différents professionnels de l'institution, soignants ou non, tous préoccupés par la qualité de votre prise en charge et la continuité des soins.

Cette approche plurielle des soins est au cœur des pratiques de chaque professionnel, et permet la construction d'un cadre clair et précis, adapté aux nécessités thérapeutiques et à vos besoins: chacun sa place, chacun son rôle, mais dans le souci d'une communication effective entre les membres de l'équipe qui vous accueille. Cette circulation et ce partage des informations lors des réunions d'équipes pluridisciplinaires permettent la bonne coordination des soins et la prise en compte de vos besoins avec efficacité.

Cette philosophie des soins, centrée sur les valeurs du « travailler ensemble », s'exprime également au travers de projets de soin qui ambitionnent de prendre en compte la personne dans sa globalité. Les approches proposées sont donc différenciées et complémentaires. A cet égard, au-delà de la prise en charge médicamenteuse, différentes approches soignantes vous seront proposées comme l'approche psychothérapique, artistique, corporelle...

Les équipes de soins pour un accompagnement personnalisé au quotidien

Le temps de l'hospitalisation est un moment propice pour un « retour sur soi ». Aussi, les projets de soin ont été pensés afin que vous puissiez bénéficier d'un accompagnement intensif et de soins diversifiés, autant d'espaces qui vous sont proposés pour une réflexion sur soi et pour vous « retrouver ».

Au quotidien, des équipes soignantes stables, disponibles et attentives vous proposent un encadrement de proximité, le jour comme la nuit, y compris au moment des repas si le projet de soin le requiert. Au-delà des soins quotidiens, elles peuvent, si c'est nécessaire, vous accompagner à l'extérieur et vous aider dans vos démarches ou entrer en lien avec vos familles.

Au-delà de la pathologie, les équipes portent un intérêt pour la singularité de chacun. Cette éthique professionnelle trouve ses fondements dans des espaces de réflexion dédiés à l'éthique des soins en psychiatrie, proposés régulièrement aux professionnels.

Au delà de la prise en charge soignante, une attention particulière est portée à votre bien-être. Les équipes hôtelières et de restauration ont pour mission de participer au bon déroulement de votre hospitalisation en étant attentif à votre bien être.

La démarche qualité

La Certification

L'établissement a satisfait à la procédure de certification avec succès, sans recommandation ni réserve en octobre 2013. La prochaine certification est prévue pour octobre 2017. Les résultats de la Certification sont disponibles sur le site SCOPE SANTE à l'adresse suivante :

http://www.scopesante.fr/#/etablissements/780310025/clinique-villa-des-pages/

La Certification se définit comme une procédure d'évaluation externe à un établissement de santé, effectuée par des professionnels extérieurs, indépendante de l'établissement de santé et de ses organismes de tutelle, concernant l'ensemble de son fonctionnement et de ses pratiques. Elle apprécie non seulement le système de management des établissements, mais aussi la prise en charge des patients et le respect de leurs droits (Manuel de Certification V2014).

La Certification évalue l'établissement sur plusieurs aspects concernant aussi bien le management de la qualité et de la sécurité des soins, le développement durable que les droits et place du patient, les prises en charges spécifiques...

Les instances

Afin de satisfaire et répondre aux besoins de nos patients, la clinique a mis en place différentes commissions et instances qui définissent et régissent l'ensemble des normes de la démarche qualité. Parmi ces commissions et instances, on retrouve:

  • Le Comité de Pilotage qualité / gestion des risques (COPIL)

Ce comité pilote la démarche d’amélioration continue de la qualité et détermine les axes de travail des différents groupes de projet.

Ce comité pluridisciplinaire fait également fonction de Comité de gestion des risques assurant le suivi et la prévention des risques dans l’établissement. Il se réunit 4 fois par an.

  • La Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité de la Prise en Charge (CRUQPC)

Cette commission est chargée d’assister et d’orienter toute personne qui s’estime victime d’un préjudice du fait de l’activité de l’établissement et lui indique les voies de conciliation et recours dont elle dispose.

  • La Conférence Médicale d’Établissement (CME)

La CME rassemble de droit l’ensemble des praticiens exerçant dans la clinique. Elle traite de l’activité médicale de l’établissement et se réunit mensuellement.

Et les sous comités de la CME :

→ Le Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN)

Pour lutter contre les infections nosocomiales (infections contractées au cours de l’hospitalisation), un CLIN a été mis en place. Sa mission est le suivi des mesures d’hygiène au sein de l’établissement avec l’élaboration de différents protocoles et la mise en œuvre d’évaluations.

L’EOHH (Équipe Opérationnelle d’Hygiène Hospitalière) est chargée de mettre en œuvre la politique et les préconisations du CLIN.

→ Le Comité du Médicament et des Dispositifs Médicaux Stériles (COMEDIMS)

Ce comité participe à la définition de la politique du médicament et des dispositifs médicaux stériles au sein de la clinique. Il contribue notamment à l’élaboration du livret thérapeutique, aux recommandations en matière de prescription, au bon usage des médicaments ainsi qu'à la lutte contre la iatrogénie médicamenteuse.

→ Le Comité Anti-Infectieux (CAI)

Cette commission qui se réunit trois fois par an, est chargée de promouvoir de façon opérationnelle le bon usage des anti-infectieux afin de préserver au mieux l’activité de ces médicaments.

Les deux principaux axes de travail sont  :

la réduction de la prescription et de la consommation des antibiotiques

la lutte contre les résistances

→ Le Comité de Lutte contre la Douleur (CLUD)

Le comité propose les modalités de la coordination des actions entreprises dans l’établissement pour lutter contre la douleur. Cette coordination est menée en concertation avec le directeur de l’établissement et l'équipe de référents douleur, notamment pour harmoniser les actions conduites en vue d’améliorer la prise en charge de toutes les douleurs et d’introduire une véritable «  culture de lutte contre la douleur  » au sein de l’établissement.

→ Le Comité des vigilances sanitaires

C’est l’instance qui permet de coordonner l’ensemble des vigilances.

Il est composé des différents correspondants des vigilances.

Ces derniers sont responsables des déclarations auprès des organismes compétents selon les protocoles en vigueur.

  • Hémovigilance :

Recueil et conservation des informations nécessaires à la traçabilité des PSL (Produits Sanguins Labiles), du recensement des incidents, du signalement et du suivi de tout effet inattendu et indésirable dû ou susceptible d’être dû à l’administration d’un PSL.

  • Pharmacovigilance :

Surveillance du risque d’effets indésirables résultant de l’utilisation des médicaments et des médicaments dérivés du sang. Obligation de signalement pour tout médecin et pharmacien constatant un événement indésirable grave ou inattendu.

  • Matériovigilance :

Surveillance des incidents ou risques d’incidents résultant de l’utilisation des dispositifs médicaux. Toute personne faisant la constatation ou ayant connaissance d’incidents ou de risques d’incidents mettant en cause un dispositif médical doit prévenir le correspondant qui effectuera la déclaration auprès de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé).

  • Infectiovigilance :

Surveillance des risques infectieux majeurs afin de prévenir toute transmission nosocomiale.

  • Réactovigilance :

Surveillance des incidents ou risques d’incidents résultant de l’utilisation des dispositifs médicaux de diagnostic in vitro.

  • Biovigilance :

Surveillance des incidents ou risques d’incidents résultant de l’utilisation de produits cellulaires à finalité thérapeutique, de produits thérapeutiques annexes, d’organes, de tissus, de cellules et de produits d’origine humaine.

Vos droits

Charte de la personne hospitalisée

L'établissement est attaché au respect des droits des patients tels qu'ils sont définis par la loi du 4 mars 2002.
La charte de la personne hospitalisée du 2 mars 2006 mentionne les droits du patient.
Le document intégral, en plusieurs langues et en braille, est disponible sur le site du Ministère des Affaires sociales et de la Santé.

La personne de confiance

Être assisté par une personne de confiance

Article L.1111-6 du Code de la Santé Publique :
" En application de la loi n°2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé et notamment de son article L.1111-6, le patient peut désigner une personne de confiance qui sera consultée dans l’hypothèse où ce même patient serait hors d’état d’exprimer sa volonté et de recevoir l’information nécessaire à cette fin."

Pendant votre séjour, vous avez la possibilité de désigner, par écrit, une personne de votre entourage en qui vous avez toute confiance, pour vous accompagner tout au long des soins et des décisions à prendre. Cette personne, que l'établissement considérera comme votre personne de confiance, sera consultée dans le cas où vous ne seriez pas en mesure d'exprimer votre volonté ou de recevoir l'information nécessaire à cette fin.

Si vous le souhaitez, elle pourra assiter aux entretiens médicaux afin de participer aux prises de décision vous concernant.

Sachez que vous pouvez annuler votre désignation ou en modifier les termes à tout moment. Les dispositions relatives à la désignation de la personne de confiance ne s'appliqent pas lorsqu’une mesure de tutelle est ordonnée.

La personne de confiance ne peut pas obtenir communication de votre dossier médical.

Son rôle

La personne de confiance et la personne à prévenir ont deux rôles différents.

En effet, la personne à prévenir est celle qui sera contactée en cas d'aggravation de votre état de santé ou pour toute autre nécessité tandis que la personne de confiance est amenée à jouer un rôle dans la relation de santé. Votre personne de confiance peut être désignée parmi les personnes à prévenir.

Comment choisir votre personne de confiance ?

Il est préférable de choisir une personne avec laquelle vous entretenez des relations régulières depuis longtemps et en qui vous avez toute confiance.

Etre informé

Informations sur votre état de santé

L’ensemble des informations concernant votre état de santé vous sera délivré au cours d’un entretien individuel avec votre médecin référent, responsable de votre prise en charge.
Vous prenez avec votre médecin les décisions concernant votre état de santé.

Votre participation et votre consentement aux soins sont fondamentaux. En cas d’impossibilité liée à votre état psychique, les informations seront délivrées à la personne de confiance que vous aurez désignée.

Les informations relatives à la santé des personnes majeures sous tutelle, et aux soins qu’elles doivent recevoir, sont délivrées à leurs représentants légaux. Le médecin informe également les patients, de manière adaptée à leur état psychologique et à leur discernement et les fait participer aux décisions de soins dans la mesure du possible.

Accès au dossier du patient

Loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé (décret n° 2002-637 du 29 avril 2002) et Articles L.1111-7 et R.1111-2 à R.1111-7 du Code de la Santé Publique.
Les informations nécessaires à assurer vos soins sont regroupées au sein d’un dossier médical. Il vous est possible d’accéder à ces informations soit personnellement, soit par l’intermédiaire du médecin que vous choisissez librement.
Dans tous les cas, la demande doit être faite par écrit auprès du directeur de l’établissement accompagnée d’un justificatif d’identité.

Vous pouvez soit consulter votre dossier médical sur place, sur rendez-vous, et bénéficier ainsi selon votre choix d’un accompagnement médical avec éventuellement la remise d’une copie, soit demander l’envoi d’une copie de tout ou partie des éléments de votre dossier.

Les informations ne peuvent être mises à votre disposition qu’après un délai réglementaire minimum de 48h suivant votre demande et au plus tard dans les 8 jours. Ce délai de communication est porté à 2 mois pour des informations datant de plus de 5 ans.

La consultation sur place est gratuite ; la délivrance de copies reste à la charge du demandeur (frais de reproduction et/ou frais d’envoi postal).

Votre dossier médical est conservé 20 ans à compter de la date de votre dernier séjour.

Informatique et Libertés

Certaines données médicales et administratives sont informatisées conformément aux dispositions de la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL).

Conformément à la réglementation, un médecin responsable du Département d’Information Médicale (Médecin DIM) a été nommé. Sa mission consiste à assurer la centralisation des données médicales informatisées, en vue de produire des données statistiques.

Les données transmises au médecin DIM de l’établissement sont protégées par le secret médical.

Vous pouvez exercer votre droit d’accès et de rectification auprès du médecin DIM. Vous pouvez également vous opposer pour des raisons légitimes au recueil et au traitement des données nominatives vous concernant dans les conditions fixées à l’article 26 de la loi « Informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004.

Confidentialité et anonymat

L’ensemble du personnel est tenu au secret professionnel.
Vous pouvez demander que votre présence dans l’établissement ne soit pas divulguée à des tiers extérieurs en le signalant lors de votre admission. Vous avez également le droit de refuser les appels téléphoniques et les visites.
Vous pouvez également demander à être hospitalisé sous anonymat.

Les droits des mineurs

en cours d'élaboration